Science

Excerpted from Wikipédia

La science (du latin scientia, « connaissance ») est l’ensemble des connaissances et des travaux au caractère universel ayant pour objet l’étude de faits et de relations vérifiables, selon une méthode caractérisée par l’observation, l’expérience, les hypothèses et la déduction. On la divise communément en différents domaines (ou disciplines) qualifiés de sciences (au pluriel).

La communauté scientifique, garante de la mise à jour du contenu des sciences, veut produire des « connaissances scientifiques » à partir de méthodes d’investigation rigoureuses, vérifiables et reproductibles. Quant aux « méthodes scientifiques » et aux « valeurs scientifiques », elles sont à la fois la conséquence et l’outil à l’origine de ces connaissances et ont pour but de comprendre et d’expliquer le monde et ses phénomènes de la manière la plus élémentaire possible — c’est-à-dire de produire des connaissances se rapprochant le plus possible des faits observables.

Non dogmatique, la science est ouverte à la critique et les connaissances scientifiques, ainsi que les méthodes, sont toujours ouvertes à la révision. De plus, les sciences ont pour but de comprendre les phénomènes et d’en tirer des prévisions justes et des applications fonctionnelles ; leurs résultats sont sans cesse confrontés à la réalité. Ces connaissances sont à la base de nombreux développements techniques ayant de forts impacts sur la société.

Définition

La science (latin scientia, « connaissance ») est « ce que l’on sait pour l’avoir appris, ce que l’on tient pour vrai au sens large, l’ensemble de connaissances, d’études d’une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminée, et fondés sur des relations objectives vérifiables [sens restreint] »

Dans un passage du Banquet, Platon distingue la droite opinion (orthos logos) de la science ou de la connaissance (Épistémé). Synonyme de l’épistémé en Grèce antique, c’est selon les Définitions du pseudo-Platon, une « Conception de l’âme que le discours ne peut ébranler ».

Un terme générique de la connaissance

Définition large

Le mot science est un polysème, recouvrant principalement trois sens :

  • Savoir, connaissance de certaines choses qui servent à la conduite de la vie ou à celle des affaires.
  • Ensemble des connaissances acquises par l’étude ou la pratique.
  • Hiérarchisation, organisation et synthèse des connaissances au travers de principes généraux (théories, lois, etc.).

Définition stricte

D’après Michel Blay, la science est « la connaissance claire et certaine de quelque chose, fondée soit sur des principes évidents et des démonstrations, soit sur des raisonnements expérimentaux, ou encore sur l’analyse des sociétés et des faits humains ».

Cette définition permet de distinguer les trois types de science :

  1. les sciences exactes, comprenant les mathématiques et les « sciences mathématisées » comme la physique théorique ;
  2. les sciences physico-chimiques et expérimentales (sciences de la nature et de la matière, biologie, médecine) ;
  3. les sciences humaines, qui concernent l’être humain, son histoire, son comportement, la langue, le social, le psychologique, le politique.

Néanmoins, leurs limites sont floues ; en d’autres termes il n’existe pas de catégorisation systématique des types de science, ce qui constitue par ailleurs l’un des questionnements de l’épistémologie. Dominique Pestre explique ainsi que « ce que nous mettons sous le vocable « science » n’est en rien un objet circonscrit et stable dans le temps qu’il s’agirait de simplement décrire »

Étymologie : de la « connaissance » à la « recherche »

L’étymologie de « science » vient du latin, « scientia » (« connaissance »), lui-même du verbe « scire » (« savoir ») qui désigne à l’origine la faculté mentale propre à la connaissance. Ce sens se retrouve par exemple dans l’expression de François Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il s’agissait ainsi d’une notion philosophique (la connaissance pure, au sens de « savoir »), qui devint ensuite une notion religieuse, sous l’influence du christianisme. La « docte science » concernait alors la connaissance des canons religieux, de l’exégèse et des écritures, paraphrase pour la théologie, première science instituée.

La racine « science » se retrouve dans d’autres termes tels la « conscience » (étymologiquement, « avec la connaissance »), la « prescience » (« la connaissance du futur »), l’« omniscience » (« la connaissance de tout »), par exemple.

———————————————————————————–

Extracted from Etymonline

science (n.)

mid-14c., “what is known, knowledge (of something) acquired by study; information;” also “assurance of knowledge, certitude, certainty,” from Old French science “knowledge, learning, application; corpus of human knowledge” (12c.), from Latin scientia “knowledge, a knowing; expertness,” from sciens (genitive scientis) “intelligent, skilled,” present participle of scire “to know,” probably originally “to separate one thing from another, to distinguish,” related to scindere “to cut, divide” (from PIE root *skei- “to cut, split;” source also of Greek skhizein “to split, rend, cleave,” Gothic skaidan, Old English sceadan “to divide, separate”).

From late 14c. in English as “book-learning,” also “a particular branch of knowledge or of learning;” also “skillfulness, cleverness; craftiness.” From c. 1400 as “experiential knowledge;” also “a skill, handicraft; a trade.” From late 14c. as “collective human knowledge” (especially that gained by systematic observation, experiment, and reasoning). Modern (restricted) sense of “body of regular or methodical observations or propositions concerning a particular subject or speculation” is attested from 1725; in 17c.-18c. this concept commonly was called philosophy. Sense of “non-arts studies” is attested from 1670s. 

Science, since people must do it, is a socially embedded activity. It progresses by hunch, vision, and intuition. Much of its change through time does not record a closer approach to absolute truth, but the alteration of cultural contexts that influence it so strongly. Facts are not pure and unsullied bits of information; culture also influences what we see and how we see it. Theories, moreover, are not inexorable inductions from facts. The most creative theories are often imaginative visions imposed upon facts; the source of imagination is also strongly cultural. [Stephen Jay Gould, introduction to “The Mismeasure of Man,” 1981]

In science you must not talk before you know. In art you must not talk before you do. In literature you must not talk before you think. [John Ruskin, “The Eagle’s Nest,” 1872]

The distinction is commonly understood as between theoretical truth (Greek epistemē) and methods for effecting practical results (tekhnē), but science sometimes is used for practical applications and art for applications of skill. To blind (someone) with science “confuse by the use of big words or complex explanations” is attested from 1937, originally noted as a phrase from Australia and New Zealand.