A Protected Species in Our Garden?

The head of the local hunting society visited this afternoon and took away this chap. He said that it was a protected species of mink and that he would have to release it. This means that it is probably Le Vison d’Europe (Mustela lutreola).

If that is the case trapping one is almost newsworthy!!

From Wikipédia:

La « découverte » du Vison d’Europe en France est publié par Edmond de Sélys Longchamps en 1839.

Les premières études sont menées à partir du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle et semblent montrer que le Vison d’Europe a une large aire de distribution en France30. Soixante ans plus tard, l’aire de distribution est réduite au front atlantique30 où l’espèce est considérée comme très commune entre 1930 et 1950. Trappeurs et chasseurs témoignent d’un déclin rapide des prises de la fin des années 1950 au début des années 1960. Dans les années 1980 en France, le Vison d’Europe est signalé en Bretagne, en Pays de la Loire et en Aquitaine. Toutefois, seuls le sud-ouest de la France et la Bretagne présentent des populations importantes.

En Ille-et-Vilaine, un individu est piégé en 1986. En Vendée, un individu est piégé accidentellement en 1989. En Loire-Atlantique, le dernier signalement date de 1992. La présence de l’espèce est signalée dans le parc naturel régional de Brière, dans la réserve naturelle du lac de Grand-Lieu et dans la réserve naturelle nationale de Chérine.

En France, la dernière estimation de population, réalisée en 2004, a comptabilisé une petite centaine d’individus. Selon l’UICN, l’espèce s’est peut-être éteinte.

Protection internationale

Le Vison d’Europe est listé comme « en danger critique d’extinction » (CR) par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 2011. L’espèce était précédemment listée comme « vulnérable » de 1988 à 1994, puis « en danger » (EN) entre 1994 et 2011. De 1995 à 2015, les populations ont décru de plus de la moitié et les prévisions restent au déclin des populations dû à la dégradation ou à la perte de son habitat ainsi qu’à l’arrivée d’espèces envahissantes, notamment le Vison d’Amérique. L’espèce constitue possiblement la prochaine espèce de mammifères européens à disparaître.

En Union européenne, l’espèce est inscrite dès l’origine aux annexes II et IV de la Directive habitats, qui impose une protection de l’espèce dans son aire de répartition naturelle. Afin de permettre à l’espèce de survivre à l’état sauvage, plusieurs actions ont été menées par l’Union européenne. Entre 2001 et 2004, trois fonds LIFE sont mis en place pour protéger la population espagnole du Vison d’Europe dans le bassin versant de l’Èbre (provinces d’Alava, de Castille-et-León et de La Rioja). Ces différents programmes visaient à maintenir ou renaturer les rives de l’Èbre, éradiquer les populations envahissantes de Vison d’Amérique, sensibiliser les riverins via des campagnes d’informations pour qu’ils soient conscients de l’importance de cette espèce et enfin réaliser des mesures pour s’assurer de l’efficacité du programme.

Protections nationales

Le Vison d’Europe est protégé en France depuis 1977. En 1994, le Vison d’Europe est présent dans l’Inventaire de la faune menacée en France. En 1992 et 1993, la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) intervient pour que le Vison d’Europe devienne une espèce prioritaire de l’annexe II de la directive européenne et ce statut est obtenu en mai 200. En application du Code de l’Environnement, l’espèce est inscrite dans la liste des espèces de mammifères protégés par l’arrêté interministériel du 23 avril 2007, à ce titre, la destruction des sites de reproduction et des aires de repos, la destruction, la capture ou la vente du Vison d’Europe est interdite sur l’ensemble du territoire français3. Soixante-trois sites Natura 2000 affichent la présence du Vison d’Europe en France. Un premier plan de restauration du Vison d’Europe est rédigé en 1998 puis modifié en 1999. Ce plan, jamais véritablement validé par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, est officiellement lancé le 9 août 2000 et a couvert la période de 2000 à 2004.

En Espagne, dans les années 2000, les scientifiques pointent une protection légale insuffisante de l’espèce, avec un classement national comme espèce vulnérable alors que les populations sont très faibles. Un plan d’action espagnol est engagé entre 1999 et 2000. Entre 2001 et 2004, trois fonds LIFE sont alloués au provinces d’Alava, de Castille-et-León et de La Rioja pour sauvegarder l’espèce.